Témoignage de Erwin Fillafer

Publié le par Pasteur Rémy Francis

Témoignage de Erwin Fillafer  
Nos enfants me haïssaient et nos relations familiales s’étaient tellement dégradées qu’il ne semblait plus y avoir aucun espoir. Le rire et la joie avaient disparu. Colère et agressivité régnaient dans notre foyer.

Mes parents possédaient une petite boulangerie et, à quatorze ans, j’entrais en apprentissage en tant que pâtissier. Enfant, je croyais en un Dieu omnipotent et, pendant des années, j’ai cherché à en savoir plus sur Lui. Ainsi, j’allais à l’église tous les dimanches mais, malheureusement, j’y trouvais bien peu de réponses à mes questions. Finalement, j’abandonnais pour rechercher la plénitude dans le football, les amis et toutes les choses du monde : filles, sorties, motos, voitures, etc.

A dix-huit ans, je rencontrais Johanna et, en 1962, nous nous mariâmes. Dans les deux ans qui suivirent, un fils et une fille naquirent.

J’étais aussi mauvais père que mauvais mari. Je me réfugiais dans l’équitation, la fauconnerie, l’escrime et le tennis. Mais le vide intérieur augmentait, intensifiant ma recherche de paix et de satisfaction totale.

Un jour, je trouvais une Bible dans ma bibliothèque. Je l’ouvris au hasard et lus : « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent ». Dans les années qui suivirent, ces paroles de Jésus-Christ me hantèrent. Dans mon travail, tout se faisait en opposition à ce passage de la Bible. Je sentais la présence d’un Dieu d’amour derrière de telles paroles et je commençais à lire la Bible. Après l’avoir entièrement lue, je me plongeais dans des livres de pensée positive. Au début, j’étais persuadé d’avoir trouvé la solution pour une vie heureuse. Malgré tout, au bout d’un an, je conclus : si la pensée positive est plus génératrice d’amélioration que les pensées négatives, elle ne comble pourtant pas mon vide intérieur.

Vers cette époque, je commençais à entretenir une relation avec une femme plus jeune. J’aurais bien voulu y mettre fin mais il me semblait impossible d’y parvenir. Souvent, la nuit, je pleurais, tant je me sentais coupable. Ma femme en souffrait beaucoup. Elle ne pesait plus que 41 kilos. Elle contracta une douloureuse ulcération stomacale et intestinale : elle était en piteux état. Elle avait perdu tout espoir. Nos enfants me détestaient. Nous ne nous adressions pratiquement plus la parole. Mes frustrations et mon agressivité étaient telles qu’il m’arrivait de hurler violemment à la boutique. Ma femme pensait que j’allais perdre la raison. Mon fils, devenu alcoolique, fumait énormément. Tout comme moi, il caressait souvent l’idée d’attenter à ses jours. Une fois, j’avais détaché ma ceinture de sécurité et foncé à toute allure vers une barrière sur l’autoroute. Aujourd’hui, je sais que Dieu a empêché la collision ce jour-là. Si matériellement tout allait bien, le reste s’écroulait.

Le soir, je priais un Dieu inconnu et lui demandais de me conduire sur le bon chemin. Je le recherchais au travers d’autres religions, telles que l’Hindouisme, le Bouddhisme, l’Islam, ainsi que des doctrines de Réincarnation et de Psychologie. Finalement, j’abdiquais et reconnus que j’étais, moi-même, le problème.

Alors, Dieu commença à se révéler dans notre famille. D’abord, ma femme, qui avait toujours été fidèle à l’église, rencontra des gens qui lui parlèrent d’une relation personnelle avec Dieu. Trois semaines plus tard, je la suivis et fus très touché par ce que je vis et entendis. Pendant deux semaines, je combattis la conviction de soumettre totalement ma vie à Jésus, le Fils de Dieu, de pardonner mon style de vie corrompu pour me conduire dans une vie nouvelle. A cet instant précis, je trouvais ce que j’avais cherché toute ma vie : le vide intérieur était comblé, « A tous ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en Son nom, Il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu » (Jean 1.12).

Dans les jours qui suivirent, je constatais que ma façon de penser avait totalement changée. La Bible avait pris une nouvelle dimension et elle m’enthousiasmait. Dieu guérit mon couple et ma famille. Ma femme, mes enfants et ma belle-fille ont aussi consacré leur vie à Jésus-Christ. Mon fils est devenu Maître Pâtissier, il a une vie de couple heureuse et il est complètement délivré de l’alcool et du tabac. Dieu a guéri ma femme.

Seul quelqu’un ayant perdu tout espoir peut comprendre la joie que nous partageons à présent !

Publié dans Témoignages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article